Interview d’André Dussolier, l’aviateur

 

L'œil du guide

 

L’Aviateur possède une âme d’enfant, ce qui fait de lui un excentrique dans le monde des adultes. Marqué par le souvenir du Petit Prince, il est enchanté de rencontrer quelqu’un avec qui partager enfin son histoire… Rencontre avec André Dussollier qui prête sa voix à l’aviateur.

 
 

anonyme

 
 

Pourriez-vous nous présenter le personnage à qui vous prêtez votre voix ?

J’incarne l’Aviateur qui rencontre le Petit Prince après s’être écrasé dans le désert, et qui bien plus tard racontera l’histoire à la Petite Fille. Je suis donc à la fois dans le récit du Petit Prince et dans la partie plus contemporaine. L’ Aviateur est un homme qui a su garder sa part d’enfant et qui considère le monde avec un air candide.

 
 
 
 

Pourquoi avez-vous accepté de participer à ce projet ?

 
 
Il n’est pas facile de raconter une histoire qui appartient à notre patrimoine et qu’on a découverte à tous les âges
 
 

Pour moi, c’était un projet incontournable. Quand j’ai appris qu’un film était en préparation, j’étais d’autant plus curieux de connaître le résultat final qu’il n’est pas facile de raconter une histoire qui appartient à notre patrimoine et qu’on a découverte à tous les âges, ou avec les enfants qu’on a pu côtoyer. C’était donc un projet émouvant et ambitieux parce qu’il fait écho à des souvenirs très personnels.

 
 

Le livre a-t-il une résonance particulière pour vous ?

Oui, parce que j’en ai fait un montage, il y a quelques années, qui condensait l’histoire du Petit Prince, pour le réciter, accompagné d’un flûtiste et d’un pianiste. Il faut dire que c’était un vrai plaisir pour un comédien d’interpréter tous les personnages.

 
 

Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’histoire ?

 
 
Les enfants doivent être très indulgents avec les grandes personnes
 
 

C’est une formidable allégorie sur notre enfance et sur l’envie que cette enfance ne disparaisse pas, alors qu’on a tendance à l’oublier. Il y a cette phrase, au début du livre, que j’aime beaucoup : «Les enfants doivent être très indulgents avec les grandes personnes». Évidemment, quand on devient adulte, on voit le monde tel qu’on nous a appris à le voir et il est donc important de garder ce regard innocent.

 
 

Pensez-vous que la force de ce film d’animation soit d’avoir plusieurs niveaux de lecture ?

L’avantage du livre, c’est qu’on peut le découvrir enfant, puis le lire et le relire encore toute sa vie. Il en va de même du film car il est réalisé avec beaucoup d’intelligence. En effet, outre la rencontre entre le Petit Prince et l’Aviateur, il retrace le monde dans lequel on vit aujourd’hui à travers les yeux d’une Petite Fille : elle évolue dans un univers extrêmement fermé, mathématique, rigoureux, elle obéit même aux injonctions de sa mère afin d’avoir une vie toute tracée et une carrière bien dessinée. On relit donc l’histoire de Saint-Exupéry à travers les codes et les repères avec lesquels on vit aujourd’hui.

 
 
 
 

Comment avez-vous travaillé votre voix ?

J’ai deux âges différents dans l’histoire, celui de l’Aviateur au moment où il rencontre le Petit Prince, puis celui du même personnage qui, plus tardivement, fait la connaissance de la Petite Fille. C’était très amusant de modifier ma voix et c’est cette liberté qu’offre l’animation que j’adore. Pour moi, c’est un vrai travail de création.
La relation entre la Petite Fille et l’Aviateur est très émouvante. Il appartient à un monde un peu révolu et il habite à côté de cette Petite Fille qui obéit à une voie toute tracée que lui indique sa mère : elle est formatée pour intégrer une grande école et elle agit donc comme un robot. Par conséquent, elle est peu à peu attirée par cet homme qui tente de retaper son avion pour retrouver le Petit Prince. Elle quitte donc ce monde d’adultes, dans lequel elle a été plongée malgré elle, pour renouer avec sa véritable enfance grâce à cet Aviateur.

 
 
 
 

«L’essentiel est invisible pour les yeux», dit le Petit Prince. Qu’en pensez-vous ?

C’est une phrase qu’on peut appliquer à toutes les étapes de sa vie. Il est très important de l’entendre et de se la répéter, dans le monde dans lequel nous vivons, où tout est programmé et réglé d’avance. C’est bien de s’écouter soi et d’écouter son cœur.

 
 

ANDRÉ DUSSOLLIER

Pensionnaire de la Comédie-Française au début des années 70, il débute dans UNE BELLE FILLE COMME MOI (1972) de François Truffaut, avant d’être repéré par Alain Resnais qui en fait l’un de ses comédiens fétiches. S’il brille dans L’AMOUR À MORT (1984) et MÉLO (1986) de Resnais, il sait également s’orienter vers un cinéma plus populaire, avec TROIS HOMMES ET UN COUFFIN (1985) de Coline Serreau.

Séducteur dans UN COEUR EN HIVER (1992) de Claude Sautet, qui lui vaut un César, il est un émouvant agent immobilier féru d’histoire dans ON CONNAÎT LA CHANSON (1997) d’Alain Resnais et un père hilarant dans son acharnement à vouloir voir son fils quitter le nid familial dans TANGUY (2001) d’Etienne Chatiliez. Tout aussi à son aise dans le polar, il campe le patron de la PJ dans 36 QUAI DES ORFÈVRES (2004) d’Olivier Marchal ou un flic inquiétant dans NE LE DIS À PERSONNE (2006) de Guillaume Canet.

Formant un tandem irrésistible avec Catherine Frot dans une série de films adaptés d’Agatha Christie – MON PETIT DOIGT M’A DIT et LE CRIME EST NOTRE AFFAIRE – , il retrouve Alain Resnais pour CŒURS (2006), LES HERBES FOLLES (2008), et AIMER, BOIRE ET CHANTER (2014).

Toujours aussi caméléon, il est un Staline époustouflant dans UNE EXÉCUTION ORDINAIRE (2009) de Marc Dugain et un Raoul Nordling, tout en subtilité, dans DIPLOMATIE (2014) de Volker Schlöndorff. En avril 2015, André Dussollier a reçu le Molière du meilleur comédien pour son interprétation dans NOVECENTO, monologue théâtral d’Alessandro Baricco.

 

Articles similaires

 

Jeanne Cavelier, correspondante pour de nombreux journaux français, vit à Moscou. Elle nous fait découvrir cette ville qui l’a conquise et ses bonnes adresses.

Pour parcourir l’immense et millénaire Empire du Milieu, faites confiance à cette jeune guide amoureuse de la France. Elle déborde d’énergie et d’enthousiasme !