Le Chicago arty de Neysa Page-Lieberman

 

L'œil du guide

 

La troisième plus grande mégalopole des Etats-Unis est réputée pour son architecture. Un quartier du centre-ville se réveille : le Wabash Arts Corridor. On découvre ses fresques de « street art » guidé par Neysa Page-Lieberman, en charge de ce projet urbain, directrice du département des expositions au Columbia College de Chicago.

 
 
Le Wabash Arts Corridor, ancien fief de gangsters, est réinvesti par la jeunesse arty au pied des gratte-ciels, pas loin des eaux bleues du lac Michigan.
 
 

Il se trouve au sud du Loop, le centre-ville de Chicago ainsi appelé en raison de la boucle du métro aérien qui le délimite. Le Wabash Arts Corridor, ancien fief de gangsters, est réinvesti par la jeunesse arty au pied des gratte-ciels, pas loin des eaux bleues du lac Michigan. Ce quartier émergeant tient son nom de l’artère principale, Wabash Street, dont les murs de briques sont habillés de spectaculaires fresques de « street art ». Le projet est mené par le Columbia College voisin, sous la tutelle de Neysa Page-Lieberman, directrice du département des expositions. « L’initiative a été lancée en 2013 pour immerger nos étudiants dans un esprit de création artistique urbaine. Les habitants y ont immédiatement adhéré, commentant chaque œuvre sur Facebook ! », raconte la jeune femme.

 
 
Neysa Page-Lieberman - Crédit photo : Phil Dembinski
Crédit photo: Neysa Page-Lieberman
Crédit photo: Neysa Page-Lieberman
 
 
Les artistes jouent avec les fenêtres et les vieilles publicités sur les façades, auxquelles ces créations redonnent des couleurs
 
 

L’élan et sa bulle de chewing-gum

Muni d’un plan détaillant la quarantaine de « murals » (œuvres), on suit Neysa Page-Lieberman le long des rues taillées au cordeau, dans un plan en damier. Les artistes jouent avec les fenêtres et les vieilles publicités sur les façades, auxquelles ces créations redonnent des couleurs. A Congress Street, en surplomb d’un parking, le gigantesque élan du photographe Jacob Watts fait une bulle avec un chewing-gum rose, sur un fond turquoise. « Cet animal est devenu notre emblème ! On peut le voir du métro, et même du ciel, en avion », s’amuse Neysa Page-Lieberman.

 
 
La rivière Chicago, au coeur de la capitale du Midwest américain
La rivière Chicago, au coeur de la capitale du Midwest américain
 
 
L'élan et son chewing-gum, oeuvre de Jacob Watts
L'élan et son chewing-gum, oeuvre de Jacob Watts
 
 

Parmi les graffeurs les plus connus, on retrouve l’afro-américain Retna, de Los Angeles, qui a mis sa griffe sur un foulard Louis Vuitton et sur une couverture de disque de Justin Bieber… Ses Provocateur Series, également à Congress Street, reprennent sa marque de fabrique : de la calligraphie inspirée des alphabets hébreux, arabes ou asiatiques.

 
 
 
 

Les stars du graff

Sur Wabash Street, Shepard Fairey a représenté, dans des tons noirs et rouges, un ange aux mains tournées vers le ciel, « we own the future » (le futur nous appartient). C’est lui qui avait réalisé le poster « Hope » (espoir) de Barack Obama, devenu l’image icône de sa campagne présidentielle de 2008.

 
 
Le poster "Hope" de Shepard Fairey, icône de la campagne de Barack Obama en 2008
 
 
Des bâtiments de style Beaux-Arts, tel le Chicago Art Institute et sa splendide collection impressionniste, côtoyaient les premiers gratte-ciels
 
 

Cité d’architecture

La troisième plus grande ville des Etats-Unis est réputée pour son architecture. Sa reconstruction, après le grand incendie de 1871, lui permit de s’imposer dans le domaine de l’urbanisme. Des bâtiments de style Beaux-Arts, tel le Chicago Art Institute et sa splendide collection impressionniste, côtoyaient les premiers gratte-ciels qui inspirèrent les architectes new-yorkais… D’autres tours ont poussé depuis ! Au 94e étage du John Hancock Center, on peut désormais s’appuyer sur des baies vitrées inclinables. Tandis que, en haut de la Willis Tower, des cages de verre donnent l’impression d’être suspendu dans le vide.

Entre-temps, le célèbre Frank Lloyd Wright (18671959) est passé par là, figure de proue du style Prairie, plus… horizontal. C’est dans sa maison d’Oak Park qu’il peaufina son art, à découvrir dans la banlieue de Chicago, mégalopole demeurant un laboratoire de créativité.

 
 
Le Chicago Art Institute abrite une magnifique collection impressionniste
Le Chicago Art Institute abrite une magnifique collection impressionniste
 
 
Le "Cloud Gate" figure emblématique de la ville de Chicago
Le "Cloud Gate" figure emblématique de la ville de Chicago
 
 

Mathilde Giard

Mathilde Giard est journaliste depuis une vingtaine d’années, spécialisée dans le voyage après avoir vécu en Afrique du Sud et en Allemagne. Toujours à l’affût de belles rencontres et de détours à explorer, elle vous racontera ses aventures de globe-trotter.

 

Découvrez nos voyages

Articles similaires

 

Marie-Claude a toujours rêvé de découvrir la folie de Las Vegas. A l’occasion de son départ en retraite, son mari Jean-Luc lui fait la surprise de réserver un long circuit dans l’ouest américain, de Los Angeles à San Francisco avec escale…

Ces monuments nationaux des Etats-Unis s’imposent comme l’un des incontournables d’un voyage sur le continent nord-américain. Victimes de leur succès, les grands parcs battent chaque été des records de fréquentation. Luc Decoudin, éditeur…