A la découverte du Népal magique avec Sunar Gurung

 

L'œil du guide

 

Le 25 avril 2015, le Népal est touché par un séisme. Les dommages sont lourds mais les efforts déployés pour la reconstruction sont considérables. Sunar Gurung, guide de haute montagne, nous décrit les beautés intactes de son pays : des villages de basse vallée entourés de rizières aux paysages grandioses du Manaslu. Une destination mythique, à découvrir plus que jamais !

 
 
Sunar Gurung est un magicien de la montagne. Il l’affronte avec dextérité et passion, signes visibles d’une vocation.
 
Le guide Sunar Gurung
Le guide Sunar Gurung

Qu’importe les frontières, pourvu qu’on ait un rêve. Né au Népal en 1971, Sunar Gurung est un magicien de la montagne. Il l’affronte avec dextérité et passion, signes visibles d’une vocation. A 20 ans, il commence à travailler comme porteur pour faire vivre sa famille et gravit tous les échelons : aide cuisinier, cuisinier, aide guide, guide. Au Népal, qui compte huit des plus hauts sommets du monde, il rêve d’accompagner des groupes jusqu’en haute montagne. Son talent et l’aide d’amis français lui permettent de suivre l’exigeante formation de guide international UIAGM, dispensée par l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme de Chamonix. En juin 2008, il est le premier Népalais à obtenir ce prestigieux diplôme.

 
 
La vallée de Tsum, au nord de Gorkha, offre de très beaux paysages, une faune et une flore riches et de nombreux monastères anciens. « C’est une région authentique, très importante pour les bouddhistes qui viennent en pèlerinage.
 
 

Découvrir son pays et les autres

Aujourd’hui âgé de 46 ans, grand-père de deux adorables petites filles, Sunar Gurung a appris à connaître les richesses du Népal, au-delà de son attirance première pour la haute montagne. « J’aime aussi la campagne népalaise avec les petits villages au milieu des rizièresDevenir guide m’a permis de découvrir les différentes régions de mon pays. Pour certains voyageurs, le Népal est un rêve ». La vallée de Tsum, au nord de Gorkha, offre de très beaux paysages, une faune et une flore riches et de nombreux monastères anciens. « C’est une région authentique, très importante pour les bouddhistes qui viennent en pèlerinage. Il est possible de s’y arrêter pour prier, pendant quelques jours », explique Sunar. « Pour les bons marcheurs, je recommande ma région, le Manaslu, pour la grande diversité de paysages et de cultures. Dans les villages des basses vallées, les habitants pratiquent l’hindouisme et le chamanisme. Dans les villages de haute montagne, de culture bouddhiste, on peut avoir une vue extraordinaire sur le Manaslu et ses glaciers. »

A la tête d’une agence de trekking et d’une association humanitaire dédiée à la reconstruction des écoles de sa région, « Les amis de Laprak », Sunar accompagne moins fréquemment les groupes. Mais il apprécie toujours autant les rencontres liées à ce métier – principalement des voyageurs français, canadiens, italiens ou belges.

 
 
Un monastère de la région de Gorkha
Un monastère de la région de Gorkha
 
 
Un des glaciers du Manaslu
Un des glaciers du Manaslu
 
 
le Parc National de la région des Annapurna offre de superbes parcours, qui comptent – selon les initiés – parmi les plus beaux du monde.
 
 

Découvrir le Népal, c’est souvent y revenir

Dans ce pays aux reliefs aigus, les amateurs de trek atteignent un idéal. Le long de la frontière tibétaine, le Parc National de la région des Annapurna offre de superbes parcours, qui comptent – selon les initiés – parmi les plus beaux du monde. Sans oublier la région de l’Everest, dont le seul nom fait rêver les admirateurs d’Edmund Hillary ou Reinhold Messner. Les conseils de Sunar pour partir dans de bonnes conditions ? « Il faut être en bonne santé, avoir l’habitude de marcher, être bien équipé avec des chaussures de marche confortables, des vêtements en Gore-Tex, une fourrure polaire, des gants et être bien assuré, par sécurité ». Côté calendrier, Sunar conseille de planifier les treks de haute altitude au printemps et à l’automne. Les circuits de moyenne altitude peuvent avoir lieu au printemps, en automne et en hiver.

 
 
Parc National de la région des Annapurna
Parc National de la région des Annapurna
 
 
Le mont Everest
Le mont Everest
 
 

Lors de votre séjour, vous goûterez sans aucun doute le plat national népalais, le dal bath (riz, lentilles, légumes et poulet les jours de fête). Les momos, gros raviolis à la viande ou aux légumes, sont une autre spécialité.

Au-delà des richesses naturelles et culturelles abondantes, le Népal est un pays attachant où la qualité d’accueil est un réel atout. La preuve ? « De nombreux voyageurs reviennent pour découvrir de nouvelles régions », explique Sunar. Si le tremblement de terre a porté un sévère coup au pays, il ne lui a pas retiré sa force et ses beautés. Les voyageurs sont accueillis avec joie pour partager une culture, une nature. Et approcher les nuages !

 
 
Le dal bath
Les momos, raviolis typiques du Népal
Les momos, raviolis typiques du Népal
 
 

Noëlle Hermal

Noëlle Hermal est journaliste depuis 2007. Passionnée de voyages et de découvertes culturelles ou culinaires, elle a collaboré avec différents médias dans le secteur du tourisme. Elle vous fera partager ses bons plans et trouvailles à travers des interviews, agendas et reportages.

 

Articles similaires

 

La Tanzanie est un petit paradis pour les amateurs de randonnées et les amoureux d’une nature sauvage dans laquelle les grands animaux d’Afrique s’ébattent librement. En route pour découvrir, en compagnie de Wilfred Mrosso…

Promsong Visit est né en Thaïlande et y est guide depuis 18 ans. Suivez ses conseils pour bien visiter le pays le plus touristique d’Asie du Sud-Est. Et surtout pour ne pas vous contenter des plages et stations balnéaires si célèbres…