Un périple dans l’Inde authentique du Gujarat

 

Carnet de voyage

 

Michèle Adeline a fait partie des premiers voyageurs à découvrir le nouveau circuit Jet tours au Gujarat, en Inde. Cette voyageuse confirmée, qui est déjà allé 6 fois en Inde et qui aime particulièrement ce pays et sa culture, souhaitait découvrir un pays hors des sentiers battus. Elle s’est donc envolée pour le Gujarat en février 2015. Une région encore préservée du tourisme. Voici son carnet de voyage…

 
 

Ludovic Bischoff

Expert Lifestyle

 
 

Jour 01

Premier jour : Découverte de la Capitale du Gujarat

Nous arrivons très tôt le matin à Ahmedabad, la capitale du Gujarat. La bonne idée de notre guide, c’est de débuter la journée par une visite de la vieille ville qui s’éveille au petit matin. J’ai apprécié cette première sortie car nous sommes d’emblée dans le bain. La foule, le bazar, les rues pleines de vie… Lorsque l’on vient en Inde, il faut aimer se balader dans les rues populaires et explorer les marchés animés. Comme nous étions un petit groupe de 7 personnes seulement, toutes amoureuses de l’Inde, nous avons pu moduler le programme pour nous permettre de rencontrer la population. Et je dois dire que c’était vraiment très bien… Autre souvenir de ce premier jour : la visite de la mosquée Sidi Sayyad qui présentait des claustras en marbre ajouré d’une beauté incroyable.

 
 
Lorsque l'on vient en Inde, il faut aimer se balader dans les rues populaires et explorer les marchés animés.
 
 
Visite des marchés animés
La mosquée Sidi Sayyad et ses claustras en marbre ajouré
La mosquée Sidi Sayyad et ses claustras en marbre ajouré
 
 

Jour 02

Deuxième jour : Les puits aux murs sculptés du Gujarat sont des merveilles

 
 
Le Gujarat n'est pas une région touristique, comme peut l'être le Rajasthan. C'est ce qui m'a beaucoup plu lors de ce voyage : être au contact des Indiens et ne pas croiser trop de touristes occidentaux !
 
 

Nous partons pour Modhera où nous visitons le temple dédié à l’antique divinité solaire Surya. Nous sommes les seuls touristes présents sur le site, ce qui est formidable car nous pouvons vraiment bénéficier d’une visite très personnalisée. D’une manière générale, le Gujarat n’est pas une région touristique, comme peut l’être le Rajasthan. C’est ce qui m’a beaucoup plu lors de ce voyage : être au contact des Indiens et ne pas croiser trop de touristes occidentaux ! Nous poursuivons vers Patan qui a été, durant 6 siècles, la capitale du Gujarat. Nous découvrons alors les puits de la Rani, construit au XIème siècle. C’est une vraie splendeur. Un puits de sept étages aux murs sculptés que l’on visite pour atteindre la source d’eau. Nous avions déjà visité un tel puits, plus petit, la veille à Ahmedabad (l’Adalaj Vav). Ces deux puits, qui reflétaient la richesse des souverains d’alors, sont des merveilles que je n’avais jamais vues en Inde auparavant…

 
 
Rani-ki-Vav (les puits à degrés de la Reine) à Patan
 
 

Jour 03

Troisième jour : Découverte de la culture Rabari

Nous passons la journée en bus pour rejoindre la ville de Bhuj. En chemin, nous nous arrêtons pour visiter le site archéologique de Dholavira, ancienne cité de la civilisation harapéenne, datant du 3ème millénaire avant J.-C. Une fois sur le site, il n’y a que quelques pierres à voir et, faute d’être un véritable passionné d’archéologie, l’étape ne présente pas vraiment d’intérêt. Mais heureusement, nous demandons à notre guide de nous arrêter un peu plus longtemps dans un village Rabari, une ethnie locale dont les femmes sont parées de magnifiques étoffes. Elles ne portent pas le sari, traditionnel en Inde, mais des jupes avec des sortes de corsage. C’était très intéressant de découvrir cette culture très locale.

 
 

Jour 04

Quatrième jour : Je suis invitée à un mariage à Bhuj

Nous sommes arrivés à Bhuj, une ville qui a été très affectée par le terrible tremblement de terre de 2001. Une bonne partie de la ville a été détruite mais aujourd’hui on ne trouve plus traces de cette catastrophe et la vieille ville avec ses remparts crénelés a conservé du charme. Nous visitons l’Aina Mahal, ou le palais des Miroirs, qui renferme une belle collection d’éventails, palanquins, textiles, verres vénitiens et porcelaines chinoises.

 
 
Aina Mahal, palais du 18ème siècle
 
 
J'aime rencontrer les gens. Je suis curieuse. Et c'est comme ça que le soir, à l'hôtel, j'ai été invitée à assister à un grand mariage traditionnel
 
 

C’est intéressant et encore une fois, je prends beaucoup de plaisir à explorer le grand marché de Bhuj. Cette visite n’était pas prévue mais nous avons pu l’organiser et c’était extraordinaire. J’aime rencontrer les gens. Je suis curieuse. Et c’est comme ça que le soir, à l’hôtel, j’ai été invitée à assister à un grand mariage traditionnel. J’ai passé une tête dans les salles où près d’un millier d’invités étaient présents. Comme nous étions les seuls occidentaux de tout l’hôtel, on m’a tout de suite convié à assister aux cérémonies et à la fête. C’est un magnifique souvenir de plus.

 
 
Le soir j'ai été invitée à assister à un grand mariage traditionnel.
 
 

Jour 05

Cinquième et sixième jours : Une nuit dans un palais de maharajah

La veille, nous avons visité les villages de la communauté Kutch que j’ai trouvé assez touristique. Sans doute le seul endroit du circuit où l’on sent que tout a été fait pour les touristes. En revanche, le reste du voyage nous permet de vraiment nous immerger dans une Inde encore préservée du tourisme de masse. En quittant Bhuj, nous nous arrêtons pour déjeuner dans un restaurant d’autoroute. Ce choix peut surprendre certains voyageurs mais moi j’ai adoré car nous étions vraiment au milieu d’Indiens et partagions leur vie quotidienne. Lors de la visite du Temple école de Swaminarayan, à Muli, j’ai vu de superbes sculptures en bois. Et le soir nous logeons dans un ancien palais de maharajah. L’endroit est charmant. Un brin désuet et nostalgique avec ses vieux meubles anglais. Nous ne sommes pas dans un palais luxueux comme on en trouve au Rajasthan, mais justement cette authenticité m’a beaucoup séduite. Le soir, le spectacle de danse qui était annoncé au programme était en fait réalisé par le propriétaire de l’hôtel et ses trois filles ! Ce petit côté familial, bien que très amateur, renforçait à mes yeux le charme de l’endroit…

 
 
Nous ne sommes pas dans un palais luxueux comme on en trouve au Rajasthan, mais justement cette authenticité m'a beaucoup séduite
 
 
Temple école de Swaminarayan, à Muli
Temple école de Swaminarayan, à Muli
 
 

Jour 07

Septième jour : Une nuit en pleine nature

Départ pour Gondal et découverte, dans l’ancien palais Huzoor reconverti en hôtel, de la collection de voitures anciennes du maharaja. Nous avons été reçus comme des princes. Une fois de plus. Et cette étape du midi dans un cadre reposant était très appréciable. Le soir nous arrivons vers Sasan Gir où nous passerons la nuit. Il s’agit d’une sorte de campement dans la campagne. Nous dormons sous des tentes avec tout le confort moderne. Cette nuit dans la nature est très dépaysante. Seule contrainte : se coucher tôt car départ pour le Safari le lendemain.

 
 
Nous dormons sous des tentes avec tout le confort moderne. Cette nuit dans la nature est très dépaysante
 
 

Jour 08

Huitième jour : Un safari pour voir les derniers lions d'Asie

Levés à 5 heures du matin. Nous partons en Jeep pour visiter le parc national de Gir. On nous a promis que l’on verrait des lions d’Asie, en voie d’extinction. J’étais un peu sceptique et je craignais l’attraction touristique. Nous voyons d’abord des antilopes, des hérons, des paons, des daims… Puis, tout d’un coup, une lionne et ses trois petits traversent notre route ! Je dois avouer que c’était magique. Nous avons pu les regarder jouer et batifoler en toute quiétude de longues minutes. Finalement ce « safari » était une belle idée.

 
 
Puis, tout d'un coup, une lionne et ses trois petits traversent notre route ! Je dois avouer que c'était magique
 
 
Nous avons pu regarder une lionne et ses petits jouer et batifoler
 
 

Jour 09

Neuvième jour : Ascension des 4000 marches de Palitana

Depuis Bhavnagar que nous avons atteint la veille au soir, nous partons, une nouvelle fois très tôt, à 4 heures du matin, pour Palitana. C’est un haut lieu de pèlerinage du jaïnisme qui s’offre à nous. Pour atteindre les 863 temples édifiés en haut de la colline de Shatrunjaya, nous devons grimper près de 4000 marches ! Des porteurs et leurs chaises sont prévus pour nous faciliter l’ascension. Mais dans le groupe, pratiquement tout le monde va réussir à monter seul ces immenses escaliers. L’ascension n’est pas du tout rébarbative car nous croisons en permanence des pèlerins, tout de blanc vêtus. A mesure que le soleil se lève, nous progressons pour finalement atteindre le sommet. C’est magnifique. J’aurais bien passé plus de temps sur le site pour aller jusqu’à la seconde colline.

 
 
Palitana, 863 temples en haut d'une colline, accessibles par un escalier aux 3 950 marches
 
 

Jour 10

Dixième jour : Je quitte l'Inde avec plein de souvenirs colorés

Je profite d’un peu de temps libre pour partir explorer en taxi la ville moderne de Bhavnagar qui ne manque pas de charme, avec de vieilles maisons encore intactes. Il faut aimer se promener au milieu de la foule en Inde et ne pas rester dans un bus. Le pays se découvre à pieds… Nous partons ensuite découvrir Lothal, puis le palais d’Utelia dans un village moyenâgeux très typique. De retour à Ahmedabad, nous visitons Sarkhej Roza, un ensemble de mausolés qui abrite la famille du fondateur d’Ahmedabad. C’est très beau. Le soir, nous assistons encore une fois à un mariage. Le marié est littéralement couvert de fleurs et hissé sur un cheval pour aller chercher sa femme. Voilà toutes les couleurs et les rites de l’Inde que j’aime. J’emporte cette vision merveilleuse avec moi dans l’avion du retour…

 
 
Le soir, nous assistons encore une fois à un mariage. Le marié est littéralement couvert de fleurs et hissé sur un cheval pour aller chercher sa femme
 
 
Sarkhej Roza, ensemble de mausolés qui abrite la famille du fondateur d'Ahmedabad
 

JOUR J


Articles similaires

 

Albert et Nathalie Ribes forment un couple de jeunes sexagénaires parisiens habitués à voyager seuls. Dans les capitales européennes ou en Tunisie, ils organisent généralement leurs voyages eux-mêmes. Mais pour la découverte de l’Afrique…